news société

    14 juin 2019, le jour où les femmes feront à nouveau grève pour l’égalité

    Michela Bovolenta et Clémence Demay, membres du collectif qui organise la manifestation, font le point avec nous sur les inégalités qui touchent les femmes et les manières de les combattre. Elles nous expliquent également comment les Suissesses peuvent s’engager concrètement et prendre part à la grève féministe.

    Publié le 
    12 Mars 2019
     par 
    Muriel Chavaillaz

     

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Grève Féministe Genève (@grevefeministegeneve) le

     

    Ce n’est pas la première fois que les Suissesses feront grève pour leurs droits. Une manifestation de ce type a eu lieu le 14 juin 1991. Et 28 ans après, il est temps de remettre le couvert. Car les femmes souffrent toujours de discriminations: inégalités salariales, harcèlement, charge mentale

    Lors d’un #CaféFemina, nous avons rencontré Michela Bovolenta et Clémence Demay. La première est secrétaire centrale du Syndicat des services publics du canton de Vaud, la seconde est doctorante à l’Université de Lausanne. Toutes deux sont membres du collectif organisant la grève féministe du 14 juin 2019.

     

     

    Trois questions à Clémence et Michela

    FEMINA Être féministe en 2019, qu’est-ce que cela signifie?
    Clémence Demay
    Toujours remettre sur le tapis les questions d’égalité, lutter très fortement contre l’idée reçue que tout est acquis, car on est loin du compte. Des générations de femmes se sont longtemps battues pour promouvoir des modèles, démontrer qu’elles pouvaient être actives dans tous les secteurs, participer à la vie publique. Au-delà de ça, on lutte aussi contre les injonctions de toutes sortes: il faut arrêter d’avoir un modèle de la femme, intégrer qu’il y a des distinctions: on est plurielles, on est différentes.

    Que peut-on faire concrètement pour lutter contre les inégalités?
    Michela Bovolenta
    La première chose, c’est de rendre visible ces inégalités, car on tend vraiment à les invisibiliser. Tout le travail bénévole que les femmes font dans le cadre du travail domestique, avec les enfants, la prise en charge des personnes âgées et malades ne se voit pas: elles le font gratuitement. Par contre, cela a des conséquences sur nos vies, nos salaires, nos choix et nos carrières professionnelles. Et jusque dans les retraites: les femmes ont des retraites inférieures de 37% à celles touchées par les hommes.

    Sans ce travail gratuit des femmes, la société et l’économie ne fonctionneraient tout simplement pas. On trouve profondément injuste, en 2019, que cela ne soit pas pris en compte et que les femmes soient discriminées dans tous les domaines de la vie.

    #Enough18: l'égalité salariale, c'est pour quand?

    Comment est née l’idée de la grève du 14 juin 2019?
    Michela Bovolenta
    Elle vient du constat que l’égalité n’avance pas. On se bat depuis longtemps pour les droits des femmes, mais on est dans une période où ces questions stagnent, voire même où le sexisme reprend du poil de la bête.

    Le discours politique sur l’égalité est très lisse, tout le monde est pour, mais il n’y a pas de mesures concrètes et pas d’avancements.

    Clémence Demay Il y a également un réel besoin de briser l’isolement des femmes, de se mettre ensemble pour revendiquer une voix et être visibles. Pour l’instant, porter des revendications féministes reste encore un stigma. Il faut pouvoir le dire, porter ces sujets sans être stigmatisée pour le faire ni subir un backlash pour ces combats. Avec les comités locaux, l’idée est vraiment de faire une grève décentralisée avec des groupes qui répondent aux besoins des différentes femmes qui ont envie de participer. Le but n’est vraiment pas d’imposer un modèle.

    Salaire inégal: des pistes pour mettre fin à cette injustice faite aux femmes

    A lire également
    femme lunettes écriture écrivaine autrice
    La gardienne de la langue consent à la féminisation des noms de métiers. Fin d’une querelle de 30 ans.
    O
    femme journaliste ordinateur
    #EntenduÀLaRédac: une enquête française démontre l'ampleur du sexisme dans les rédactions.
    O
    sonia arnal rédactrice en chef femina éditorial
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    News société
    La taille «standard»? Un homme blanc, âgé entre 25 et 30 ans, pesant 70 kilos. Si vous vous en éloignez trop, vous n’êtes pas en sécurité…
    O
    manifestation à Berne pour l'égalité salariale et contre les discriminations
    News société
    Ce lundi 24 septembre 2018, le Conseil national vote sur un projet de loi pour l’égalité salariale, jugé bien trop mou par beaucoup.
    O
    femme journaliste ordinateur
    News société
    #EntenduÀLaRédac: une enquête française démontre l'ampleur du sexisme dans les rédactions.
    O
    News société
    Dans son livre, l’auteure Marie-Laure Monneret vient en aide à toutes celles et ceux qui se sentent épuisés nerveusement.
    O
    News société
    Chaque 8 mars, on déplore que les inégalités salariales perdurent. Que faire pour que cela change enfin?
    O
    Couple
    Dans deux essais remarquables, Ovidie et Titiou Lecoq parlent égalité des sexes. Libérateur!
    O
    plaque chocolat noir
    En Suisse
    Dégustations, ateliers, festivals... De quoi satisfaire tous les gourmands!
    O
    News loisirs
    Pour inviter le soleil dans notre assiette, en découvrant des saveurs venues des quatre coins du monde!
    O
    Voyage
    Cet hiver, la classe Business 1ère des TGV Lyria propose des plats du chef Michel Roth. L’occasion de découvrir d'inédits bistros parisiens.
    O