cuisine

    Recettes: nos idées pour déguster le sot-l’y-laisse (yummy!)

    Vous le délaissez ou vous attendez le dernier moment pour déguster ce délice, la meilleure partie de la volaille? Spaghettis, velouté, sauce à la crème et à la moutarde… On vous livre les recettes les plus réussies pour le savourer.

    Publié le 
    6 Février 2019
     par 
    Isabelle Bratschi

    «À l’avant, on tâtait du sot-l’y-laisse, alors qu’il eut été plus normal que cela fût à l’arrière du bateau. À bâbord, on humait des cancoillottes.»

    Nombreux, et pas que des benêts, s’y sont trompés! Il faut dire qu’en mars 2017, Bernard Pivot leur avait concocté une dictée bien salée.

    Le sot-l’y-laisse, mot invariable, est la partie la plus fine d’une volaille, plus particulièrement du poulet ou de la dinde. Il désigne le petit morceau de chair qui se niche aux creux des os iliaques. Certains prétendent qu’il se situe au-dessus du croupion, mais ce n’est pas le cas et il vaudrait mieux ne pas les confondre, l’un étant spongieux, l’autre délicieux. Et il y en a deux par volaille que les amateurs éclairés se réservent pour la fin et que les autres oublient.

    Le mets favori de Louis XIV

    L’origine de ce mot qui prête à sourire remonte en 1798. Il existe plusieurs significations. La première est que le sot, puisqu’il l’est, ne connaît pas cette partie et la laisse une fois la volaille dégustée. La deuxième, c’est presque le contraire. À savoir qu’il faudrait vraiment être stupide pour oublier cette délicatesse. La troisième veut qu’il s’agissait du mets favori du roi Louis XIV, lequel, loin d’être un abruti, ne mangeait dans le poulet que le sot-l’y-laisse, laissant, pour une fois, le reste pour les autres.


    © Corinne Sporrer

    Gastronomie: les conseils d'un chef pour retrouver la vraie saveur du poulet

    Aujourd’hui, il n’est pas nécessaire d’acheter tout un poulet pour espérer avoir ces deux délicieux petits morceaux réputés pour leur tendreté.

    Il est possible d’en commander chez les bouchers et parfois d’en trouver dans les grandes surfaces en quantités suffisantes pour préparer une belle entrée ou en faire tout un plat. Mais alors comment les apprêter?

    Entre simplicité et tradition

    Dans son livre, Retour aux sources, l’ancien chef du Pont de Brent, Gérard Rabaey, avait imaginé une recette toute simple et néanmoins délicieuse; les spaghettis sautés aux sot-l’y-laisse. Pour cela il convient de laisser mariner une quinzaine de minutes les doux morceaux de poulet dans un peu d’huile d’arachide avant de les saisir rapidement dans une poêle, d’assaisonner et réserver. De cuire dans la même poêle des légumes émincés, poireaux, carottes, poivrons, têtes de brocoli et chou-fleur dans de l’huile d’olive, trois à quatre minutes afin qu’ils restent croquants, ajouter un peu de gingembre et de l’ail haché. Mélanger avec les sot-l’y-laisse et les spaghettis préalablement cuits à l’eau, colorer légèrement et servir.

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Joshua Leise (@joshua.leise) le

    D’autres recettes, plutôt traditionnelles, permettent de sublimer les sot-l’y-laisse de poulet ou de dinde. Il est conseillé de les cuire avec quelques herbes pour leur donner un peu de caractère, du thym, du laurier, de la sarriette, ou de la marjolaine. Après cette première étape, on peut les préparer avec une sauce à la crème et moutarde, les laquer au miel et gingembre, les sauter aux cives ou au sirop de Liège, les flamber au cognac, les déglacer au porto ou au vin du Jura.

    Dans les préparations, il s’accorde très bien avec des pruneaux, du potiron, des asperges, des haricots ou quelques morilles.

    Idéal aussi avec une salade et quelques amandes bien dorées. Sur internet, Virginie les accompagne avec des langoustines et Stéphane Gaboriau, chef du restaurant le Pergolèse, à Paris, les associe avec des noix de Saint-Jacques mousseline de topinambour. On le voit, les gourmands ne sont pas près de commettre la sottise de les y laisser…

    Scandinavie: 20 recettes pour se croire à Stockholm, Oslo ou Copenhague

    Velouté de topinambour, sot-l’y-laisse glacés au balsamique

    Recette de Pierrick Suter, pour 4 personnes


    © Corinne Sporrer

    Ingrédients

    • 200 g de topinambour
    • 200 g de sot-l’y-laisse
    • 75 cl de fond de veau
    • 25 cl de vinaigre balsamique
    • ½ oignon
    • 5 dl de bouillon
    • 5 cl de crème
    • Feuilles de shiso

    Préparation

    1. Éplucher les topinambours et les couper en morceaux.

    2. Émincer l’oignon, le faire revenir au beurre, ajouter les topinambours, mouiller avec le bouillon et assaisonner.

    3. Cuire à feu doux 1 heure. Mixer le tout et passer au tamis, crémer et rectifier l’assaisonnement. Poêler les sot-l’y-laisse, assaisonner.

    4. Dans une casserole faire cuire fond de veau et balsamique. Une fois réduit de moitié, déposer les sot-l’y-laisse et bien les glacer.

    5. Dresser le velouté, déposer les sot-l’y-laisse puis garnir de quelques légumes et de feuilles de shiso. Bon appétit.

    Bien-être: 20 recettes pour bénéficier des bienfaits du curcuma

    Un vin: la Petite Arvine


    © Corinne Sporrer

    Quand deux talents s’unissent c’est pour le meilleur. Sous le nom Ivresse, Valentina Andrei et Nicolas Wüst ont imaginé une cuvée d’exception. Il s’agit, en blanc, d’une petite arvine vendangée par plusieurs passages pour récolter chaque raisin à maturité optimale. Elle est marquée par le terroir avec sa belle finale granitique. On la conseille avec un tartare de poissons. A Lucens (VD), Pierrick Suter la boit en accompagnement de son velouté de topinambour et sot-l’y-laisse au balsamique.

    «Je trouve que l’association de cette entrée avec la petite arvine est parfaite. Il y a du fruit et du gras dans ce vin qui se marie très bien avec la volaille et le côté un peu terreux du topinambour. En plus je retiens la magnifique étiquette crée par mon ami et artiste peintre Pierre Zufferey.»

    Petite arvine Ivresse, produit par De Ciel et de Terre, disponible à la cave Valentina Andrei, route des Vernayaz 53, Saillon (VS).

    Des recettes de soupes légères pour parer aux excès de table

    Gourmandises, par Pierrick Suter


    © Corinne Sporrer

    Que l’on vienne à Lucens en train ou en voiture, faire une halte gourmande à l’Hôtel de la Gare, c’est toujours un moment de pur bonheur.

    Tout est juste, de bon ton et de bon goût. Le cadre, à la fois chaleureux et contemporain, l’accueil toujours souriant de Jane-Lise Suter et la cuisine de son mari Pierrick, celle d’un terroir sublimé, un brin revisité.

    Ici, on retrouve des plats cuisinés, des mets canailles mijotés avec une touche de modernité qui fait toute la différence. Pierrick Suter aime son coin de pays, mais il aime aussi prendre le train direction l’aventure. Il met surtout en avant les produits locaux, mais il tient à faire découvrir les bonnes choses de là-bas. On pense au filet de bœuf du pays rassis sur l’os ou, plus lointain, le cœur de lieu jaune sauvage au curry rouge. Pour débuter les festivités, il propose, entre autres, un velouté de topinambour, sot-l’y-laisse glacés au balsamique.

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Nath Perceptions (@nath_perceptions) le

    «Je voulais quelque chose de différent, d’original. Le sot-l’y-laisse est un joli morceau de volaille toujours tendre, facile à apprêter. C’est une petite partie délicieuse, juteuse et moelleuse, mais il faut lui donner du caractère, la corser avec un peu de thym ou des échalotes. On peut la panner, la mettre en sauce, la poser sur une salade, à la place des lardons. Ce sont des petits ronds sympathiques, quand bien même ils n’auront jamais le bon goût d’une volaille entière.»

    Hôtel-restaurant de la Gare de Lucens, av. de la Gare 13, Lucens (VD). Tél. 021 906 12 50.

    A lire également
    Les anciennes variétés de ce légume racine détox reviennent à la mode. Idées et recettes pour les apprivoiser.
    O
    Des plats sains, beaux et surprenants: voilà les exigences des foodies du moment.
    O
    cuisine scandinave hygge
    En panne de hygge ou de lagom? Testez sans plus attendre l’un ou l’autre de ces délicieux mets «comfort food».
    O
    Cuisine
    Stéphane Décotterd, le chef du pont de Brent, nous explique pourquoi il nous faut absolument goûter à la volaille fermière.
    O
    Cuisine
    Les anciennes variétés de ce légume racine détox reviennent à la mode. Idées et recettes pour les apprivoiser.
    O
    Neuchâtel vin non filtré recette dégustation janvier
    Cuisine
    Fierté de Neuchâtel, ce premier vin de l’année se démarque par ses arômes exotiques d’ananas et de pamplemousse.
    O
    cocktail verre glaçons bartender
    Cuisine
    Le temps d’un repas exceptionnel, Rémy Savage, meilleur mixologue d’Europe, s’associe à la cheffe étoilée Anne-Sophie Pic. Sublime!
    O
    Cuisine
    Arnaud Favre, président de l’association des Compagnons du Caquelon, sort un livre riche de 52 recettes originales.
    O
    raisin chasselas vigne grappe
    Cuisine
    A la fois fruité et complexe, le vin accompagne parfaitement poissons du lac, mets au fromage et sushis.
    O
    Cuisine
    Exquis requin du lac, il n’a rien à envier aux grands poissons de la mer. Passage en revue des plats préférés des grands chefs.
    O
    chocolat truffes épices pâques
    Cuisine
    A la place des œufs, des lapins et autres spécialités de Pâques, on associe au chocolat poivre, safran, piment d’Espelette ou gingembre.
    O
    ail noir gastronomie Instagram culinaire
    Cuisine
    Ce trésor venu d’Asie s’est invité sur la table des chefs et il se décline de l’entrée au dessert.
    O
    Cuisine
    De l'huile à la moutarde, la Romandie regorge de petites mains qui s'activent pour mettre le terroir en conserves ou en bouteilles.
    O
    curcuma racine plat épice ayurveda
    Cuisine
    La racine jaune, utilisée depuis des millénaires en médecine ayurvédique, nous fait du bien. Mais comment la cuisiner?
    O
    brioche estonienne scandinavie kringle
    Cuisine
    Reine d'Instagram, la gourmandise scandinave se personnalise selon les goûts et les envies de chacun.
    O
    foie gras gravlax benjamin breton fiskebar genève
    Cuisine
    Le chef du restaurant genevois Fiskebar nous propose une réinterprétation fraîche et savoureuse du traditionnel plat festif.
    O
    Cuisine
    De l'huile à la moutarde, la Romandie regorge de petites mains qui s'activent pour mettre le terroir en conserves ou en bouteilles.
    O
    Cuisine
    Des plats sains, beaux et surprenants: voilà les exigences des foodies du moment.
    O
    Voyage
    Le froid, la neige… la météo nous donne envie de nous téléporter sous des cieux plus cléments. C’est le moment idéal pour booker nos futures vacances
    O